Souvent des patients arrivent à mon cabinet et me disent “j’aimerais avoir plus confiance en moi”. Je leurs réponds systématiquement que ce terme est très large!!! Qu’il y a bien des situations où elles manquent effectivement de confiance mais il y en a d’autres dans lesquelles elles sont certainement brillante. Le tout est d’arriver à mieux cerner précisément les événements ou les situations qui posent problème. Il n’y a donc pas UNE confiance en soi mais bien DES confiances en soi. Regardons de plus près les différentes strates de l’estime et de la confiance en soi :

  • confiance en soiS’agit-il de la confiance en soi de base?

Autrement nommée sécurité intérieure, cette sensation corporelle d’être à sa place dans la vie, cette profonde paix intérieure qui nous confère notre liberté.

  • S’agit-il de la confiance en soi, en votre personne propre ?

C’est-à-dire de la confiance en vos sensations, en vos émotions, en votre jugement, en votre capacité à affirmer vos désirs et vos besoins. Capable de  dire “je veux”.  En effet, dire “je” tout simplement sans craindre de vous différencier des autres, d’être rejeté, ou isolé?

  • S’agit-il de confiance soi dans vos compétences ?

Avez-vous des difficultés à dire “je peux”, manquez-vous de confiance en l’une ou l’autre de vos capacités: votre intelligence, vos talents, vos ressources, votre mémoire, vos connaissances,…?

  • S’agit-il de confiance relationnelle ou confiance sociale?

Confiance en l’autre, mais aussi et surtout en votre capacité à établir des relations authentiques et durables. A vous sentir à l’aise en société, dans des systèmes hiérarchiques et organisés tout autant que dans des situations informelles.

confiance en soiQuelles étapes “de confiance en soi” vous fait défaut ?

Sécurité intérieure ou confiance en soi de base

Fermez les yeux et faites le silence à l’intérieur de vous. Comment vous sentez-vous?  Est-ce agréable? Vous plaisez-vous en votre propre compagnie? Êtes-vous confiant dans la vie? La sécurité intérieure ou la confiance de base, c’est la sensation d’être confortablement installé à l’intérieur de soi.

Elle procure une certaine tranquillité face aux situations. Ainsi, elle permet de goûter la solitude sans se sentir isolé, de faire face aux épreuves de la vie sans être ébranlé dans sa personne. C’est pourquoi, elle donne la sensation d’être solide et “protégé”. Nous avons incorporé la sensation de protection fournie par nos parents quand nous étions tout petits.

Celui qui n’a pas reçu suffisamment de contact physique authentique de la part de ses parents, qui n’a pas intériorisé suffisamment de sécurité intérieure éprouve le besoin d’être toujours en contact avec autrui. En effet, il n’arrive pas à affronter un moment de solitude, il est dépendant de son téléphone. Téléviseur ou radio sont allumés en permanence pour faire un bruit de fond. Il a peur du silence, du vide, de la solitude… On cherche de la sécurité alors que ce qui nous a manqué est l’intimité.

confiance en soiConfiance en votre propre personne

Qui suis-je? Savez-vous affirmer votre personne? Savez-vous choisir, osez-vous avoir des préférences ou suivez-vous volontiers les désirs d’autrui? Certaines personnes ont tant appris à n’avoir ni désir, ni besoin, qu’elles ne savent même pas ce qui leur plaît d’avantage. Sous couvert de privilégier la qualité du lien: “Ce qui te fait plaisir me fait plaisir”. Elles dissimulent leur absence de désir propre. Faire plaisir est l’objectif premier, au prix de son individualisation.

Dans l’incapacité de dire non, ces hommes et ces femmes sont “trop gentils”. Terrorisés par le conflit, ils ne s’opposent pas. Et quelle meilleure façon de ne pas se confronter que de ne pas avoir d’idées propres. C’est pourquoi, on entend leur difficultés à s’affirmer et leur quête d’approbation dans leur langage, ponctué de : “tu vois”, “tu ne trouves pas?”

Avoir confiance en sa personne propre signifie avoir confiance en ses propres sensations, émotions, sentiments et pensées. Qui suis-je? JE SUIS MOI!!!! Vous savez ce que vous voulez et vous avez confiance en vos sensations. Votre goût est sûr et vous n’hésitez pas pendant deux heures entre deux sacs à main. D’autre part, vous savez exprimer vos émotions. Vous n’avez besoin de personne pour vous dire quoi penser. L’avis des autres vous indiffère. Vous avez confiance en votre intuition, cette petite voix qui vous parle à l’intérieur.

Confiance en vos compétences

confiance en soi“Je n’ose pas me lancer. Je n’ai pas assez confiance en moi, je ne me sens pas compétente….”

Quand on n’a pas encore d’expérience dans un domaine, on ne peut pas avoir confiance en soi. On ne se lance pas quand on est compétent. En effet, on se lance et on devient compétent jour après jour, et après nombre d’échecs. On voudrait tout savoir, tout maîtriser parfaitement sans apprentissage!

Combien de personnes m’ont confié dans mon cabinet: “Je ne peux pas accepter cette promotion ou briguer tel poste, je ne suis pas sûr d’en avoir les compétences.” Ils étaient surpris de m’entendre rétorquer: “Moi, je suis certaine que vous ne les avez pas”. Devant leur mine déconfite, j’ajoutai : “Et je ne vois pas pour quelle raison cela vous empêche d’aller de l’avant.”

Sortons de ces schémas du passé. La question à se poser n’est donc pas “Ai-je la compétence?” mais ” Puis-je développer telle ou telle compétence?” Et surtout bien sûr, “Ai-je envie de la développer?”. Chaque nouveau travail, chaque nouvelle fonction, va mettre en jeu différentes compétences. Nous en maîtrisons déjà certaines et nous allons en acquérir de nouvelles. Nous serons enfin compétents… et on nous proposera de grimper un échelon supplémentaire et à nouveau de faire face à une certaine incompétence.

Confiance relationnelle

Vous êtes partout chez vous! Vous trouvez facilement votre place au sein d’un groupe ? Et vous vous ennuyez rarement en société ? D’autre part, vous avez toujours quelque chose à dire, à raconter, à partager ?

confiance relationnelleIl y a des chances pour que vos parents aient eux aussi reçu de nombreux amis dans une maison accueillante. La modélisation joue un grand rôle dans la confiance relationnelle. En effet, nous avons vu nos parents interagir avec autrui, ils nous ont appris à entrer en contact avec les autres, avec les amis comme les étrangers.

Quand on a eu des parents très timides, on l’est souvent aussi. Il nous manque une partie de l’apprentissage de la socialisation. Selon les carences relationnelles de nos parents nous avons été témoins des rituels qui ponctuent les rencontres. Nous ne savons pas comment inviter à dîner, nous ne savons pas discuter à bâtons rompus, nous ne sommes pas au fait des gestes qui soudent les liens ou nous sommes démunis devant une conversation intime.

Pire, nos parents nous ont peut-être appris que les autres sont dangereux, qu’ils sont différents, moins bien que nous, ou qu’on ne peut leur faire confiance. Ils nous ont transmis leur méfiance, leurs peurs, leurs jalousies, leurs rages, leurs haines parfois. D’autre part, nous avons intégré des croyances sur nous-mêmes: “je ne suis pas intéressant”, “je suis nul” et sur la relation aux autres : “il ne faut pas se faire remarquer”, “il ne faut pas déranger”, “il vaut mieux compter que sur soi”. Toutes croyances qui mettent de la distance avec autrui et sont profondément handicapantes dans les relations. D’autant qu’elles provoquent un renforcement des croyances négatives sur soi

Comment adopter des attitudes et des comportements confiants ?

confiance en soiQuand je pose la question: “Comment sais-tu que tu as confiance en toi ?”

On me répond: “Je sais ce que je veux et je crois en ce que je fais” ou ” Je sais où je vais” ou encore “je sais que je vais toujours trouver une solution”, “je fais ce que j’ai envie de faire”, “j’ai les capacités pour réussir ce que j’ai entrepris”, “je suis à l’aise dans tous les milieux”, “je doute souvent d’un choix ou d’une décision mais pas de moi”, “je me dis souvent que tout échec sert à quelque chose”, “j’ai confiance en l’avenir”, “je vais où ça me fait plaisir”

“La vie, c’est comme une bicyclette” disait Einstein, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. On fonce, avance, fait, puis réalise. Bien sûr, on éprouve des peurs mais sans se laisser arrêter par elles. On se trompe parfois, tombe et se relève. D’autres attendent d’avoir confiance en eux pour agir! Or, si vous n’agissez pas concrètement dans votre vie, rien ne bougera.

confiance en soiChez les humains, l’imitation joue un grand rôle. C’est le plus puissant et le plus performant des processus d’apprentissage. Nous pouvons l’utiliser pour acquérir la confiance qui nous manque.
Imiter ne signifie pas singer, mais modéliser, utiliser un modèle. Les gens à l’aise n’ont pas toujours conscience de leurs secrets, comme certaines personnes font la cuisine “à l’instinct”. Observer les gens à l’aise, ceux qui réussissent quelque chose que l’on aimerait également réussir, non pour nous comparer, mais pour apprendre.

Copiez leurs attitudes, leurs stratégies. Ils ont appris ce que vous n’avez pas eu l’occasion d’apprendre, parce que votre chemin de vie ne vous a pas fourni les expériences nécessaires, parce que des blessures ont inhibé votre développement naturel, parce que les modèles offerts par vos parents étaient dysfonctionnels…

Vous hésitez de peur de perdre votre identité?

confiance en soiQuand vous observez une personne, vous apprenez, tout simplement. Vous vous nourrissez de ce qui vous semble juste, bon et bien pour évoluer et acquérir de nouvelles compétences. D’autant, plus que vous ajusterez celle-ci en fonction de vous et à votre façon. C’est l’accumulation de toute vos diverses influences qui vous donnerons richesse et originalité.

Sortez de votre zone de confort! Manquer de confiance en soi, n’est pas avoir peur de réussir, c’est en réalité ne pas savoir perdre, ne pas pouvoir faire face à l’échec, refuser de se confronter et préférer conserver ses croyances négatives sur soi.

Plus vous prenez de risques, plus vous augmenterez votre confiance en vous. Allez de l’avant même si vous n’êtes pas sûr de réussir. Si vous ne réussissez pas du premier coup, de vous effondrez pas, regardez-vous avec amour et regardez aussi le chemin parcouru. Votre estime personnelle ne doit dépendre que de l’énergie que vous investissez dans un projet et non de son succès ou de son échec. Soyez fier de ce que vous faites, de vos efforts, quels qu’en soient les résultats. A force de perséverer et de vous réajuster, vous deviendrez un expert et vous serez compétent dans ce domaine…

PARTAGER