kinesiologie kinesiologue Marseille sophrologue sophrologiePrésentation générale

Il contrôle la réception et la transformation des éléments de ceux qui sont «impurs» dirigés vers le Gros Intestin et la Vessie, à ceux qui sont «purs» dirigés vers la Rate-pancréas.

Dans le méridien de l’Intestin Grêle on retrouve toutes les problématiques de jugement, d’appréciation, de faire le tri dans sa vie, de classement de souvenir ou de relation

Décodage biologique

Maladie ce Crohn

Il peut s’agir d’une forme d’autopunition à la suite d’un sentiment de culpabilité intense. Il y a des « idées noires » de la colère et du désespoir. Je veux empêcher mes enfants de devenir autonomes et je fais tout ce qui m’est possible en ce sens. Cela touche mon estime personnelle: je ne me sens pas «à la hauteur», «pas correct», «bon à rien», «un moins que rien ». Je me déprécie tellement que j’en viens à penser que personne ne m’aime et qu’on veut me faire me sentir inférieur. J’en viens à « courber l’échine».

Ces sentiments s’ajouteront à une situation où je vis un manque, que ce soit au niveau matériel ou affectif. J’ai l’impression que l’objet de ce manque qui était vital pour moi m’a été usurpé d’une manière méprisable, répugnante.

À cela peut s’ajouter la peur de mourir. La révolte, alors, gronde à l’intérieur de moi. Je sens dans tout mon corps un sentiment de haine qui pèse lourd et que je refuse peut-être de voir. Un mensonge peut en être la cause. Cela ne fait qu’augmenter ma crainte d’être rejeté par les autres. Comme je trouve difficile de m’intégrer à un groupe, je reste dans mon coin en silence avec mes soucis. Je me sens comme un roi (reine) dans mon château : je m’accroche à ma couronne (« crown » en anglais) et je me cache derrière celle-ci. Je me sens menacé par le monde entier et je me cache derrière un masque, un titre, une fausse image. Je veux plaire aux autres pour me donner du pouvoir et pour cacher mon impuissance.

Comme j’ai l’impression de n’être rien, cette maladie peut m’aider à recevoir l’attention dont j’ai besoin et que je n’ai pas l’impression de recevoir. Mon estime personnelle est basse et je suis trop ouvert, énergétiquement, au niveau de mon ventre, à recevoir n’importe quoi, y compris ce qui est négatif dans mon entourage et qui peut m’affecter. Je me rejette à ce point que c’est comme si, énergétiquement, mon ventre devenait une poubelle et que je permettais aux gens de mon entourage de déverser leur énergie négative vers moi. Je me laisse rentrer dedans parce que je ne prends pas suffisamment ma place et que je rejette les situations, ce qui me fait vivre des diarrhées.

La gastro-entérite

Ici, l’irritant est beaucoup plus important que dans un cas de gastrite, car cela affecte non seulement le point où entrent les aliments mais aussi le point de départ du processus d’intégration, ce qui indique que je suis si irrité et si frustré par ce qui m’arrive que je ne peux absorber quoi que ce soit. Je veux donc rejeter une situation ou une personne — quand ce n’est pas la vie elle-même — et je suis « rouge de colère », ce qui m’amène à vivre la diarrhée et le vomissement. J’ai de la difficulté à accepter les événements et le fait de mourir un jour. Je peux retenir certains schèmes de pensée mentaux rendus maintenant inutiles.

Une personne ou une situation m’est indigeste et se retourne contre moi en m’enflammant émotionnellement. Je suis hanté par certaines pensées qui me grugent par dedans. Je vis de constantes incertitudes. Le désespoir me gagne et ma sensibilité est grandement perturbée. J’ai peur de moi-même, de ce qui m’habite. Je me perçois comme mauvais et j’ai peur d’avoir beaucoup d’ennemis. Je vis une grande incertitude et je préfère me fondre dans la masse au lieu de me lever, quitte à faire quelques vagues autour de moi. Je ne me permets pas de vivre ma vie comme je le désire. Il se peut que ce soit l’autorité que j’ai de la difficulté à digérer car j’ai tendance à vivre selon les lois établies avec, selon mes anciennes croyances, aucune possibilité pour moi d’y déroger.

Intolérance au gluten

Si j’ai une intolérance au gluten, je dois me demander si j’ai l’impression de me sentir coincé, que les autres sont constamment « dans ma bulle », mon espace vital, spécialement mes amis. Je ne peux plus respirer tant je suis entouré, tant on me « colle à la peau ». Je vis une dualité car j’aime les gens, surtout parce qu’ils me supportent, me soutiennent et me protègent. J’ai parfois l’impression que ceux qui m’entourent veulent façonner ma vie et même la gérer. Je me sens prisonnier de moi-même, donc des autres par le fait même. J’ai le goût de tout laisser aller, de tous les repousser loin de moi. Qu’est-ce que j’essaie de me cacher ? Je suis très sensible et je me laisse envahir facilement. Je reconnais que j’ai atteint mes limites. Cependant, je me dois d’apprendre à prendre ma place, à me donner de l’espace.

Emotions du méridien

Les émotions qui caractérise le méridien de l’intestin-grêle sont : appréciation, jugement, peur de manquer, serviable, tendresse…

PARTAGER