5899447Le mythe du coup de foudre

Sans titre

Notre cerveau semble lire l’inconscient de l’autre.

Il détecte une problématique que nous connaissons, complémentaire de la nôtre, et qui va nous permettre de rejouer certain aspect de notre vie. Il s’agit le plus souvent de deux blessures qui se reconnaissent que deux âmes qui s’appellent.

Pourquoi choisir quelqu’un qui va rouvrir nos plaies?

Pour cicatriser correctement, une plaie a besoin d’être nettoyée en profondeur. Nous avons oublié la blessure, mais l’écharde de la frustration est toujours là. Relation après relation, nous provoquons les naufrages en choisissant toujours le même type de personne (indisponible, froids, violent,…), en répétant les mêmes comportements erronés (faire plaisir, dissimuler ses faiblesses, taire ses doutes et des peurs,…).

Sans titre

Chaque nouvel échec est l’occasion de se dire: “Décidément je ne suis pas digne d’être aimé”, une déduction qui vient tout droit de notre enfance… Pour ne pas dire “mes parents étaient incapables de m’aimer”, l’enfant préfère penser “je suis incapable d’être aimé”. L’enfant devenu adulte va porter cette croyance et aura sans cesse besoin de la valider. Sa vie, ses expériences amoureuses s’en chargeront.


ik-naitre-grandir-cause-dispute-chicane-parent-enfantTant que nous n’identifions pas ce besoin d’amour, de reconnaissance, d’attention, comme venant de l’enfance, tant que nous ne voulons pas découvrir notre histoire, et remettre en cause l’attitude de nos parents ou de nos frères et sœurs face à nous, nous répétons.


Pour aimer librement oser l’intimité, nous devons nous dégager des sentiments inconscients de honte et d’indignité.

Sans titre

Sans titre

Passion et dépendance

Sans titre

La passion ne débute pas toujours par un coup de foudre. On peut éprouver de l’hostilité, voire du mépris envers celui dont on va par la suite tomber amoureux fou.

Coup-de-foudre-a-la-francaiseAprès le choc amoureux, vient une période d’euphorie. On a une envie irrépressible d’exprimer sa joie, de crier son amour au monde entier. C’est aussi le temps de la dépendance. Au contact de l’amant, on se sent empli de joie et de sérénité… sans lui, c’est l’angoisse. On est en manque exactement comme un drogué. Dans la passion, la bienheureuse béatitude alterne avec la souffrance vive.

Les passions ont en général une durée limitée; il est rare que les amants réussissent à devenir compagnon de vie. Les passionnés se regardent dans les yeux, vibrent et respirent à l’unissons. Cet état de fusion les empêche de se détacher suffisamment pour regarder ensemble dans la même direction. L’amour d’une longue durée, c’est la difficile histoire entre sécurité et liberté, entre appartenance et personnalisation, entre fusion et séparation, entre lien et autonomie.

Sans titre

Sans titre

 

 

L’amour est un sentiment ou une émotion?

Sans titre

love_at_first_sight__by_iheartcolours-d5td70vLe même mot recouvre les deux dimensions. L’émotion d’amour est intense, elle déclenche des sensations physiques fortes. Le sentiment d’amour se construit jour après jour, il se nourrit de l’émotion d’amour mais ne se réduit pas à elle. On se sent content heureux.

Le lien est là, on est prêt à traverser ensemble les difficultés de la vie. La félicité s’inscrit dans la durée. Dans le couple, complicité et solidarité sont plus importantes qu’érotisme et séduction.

L’émotion d’amour est très présente au début d’une relation, dans la découverte de l’univers de l’autre, et le feu de la passion. Elle surgit de nouveau lors de retrouvailles après une séparation, quand un proche est en danger… mais aussi à l’occasion d’un bouquet de fleurs, d’une attention tendre, et à chaque fois que l’on prononce ces mots délicieux: “Je t’aime”.

Sans titre

Sans titre

“L’amour est une sollicitude active pour la vie et la croissance de qui nous aimons. Là où manque ce souci actif, il n’y a pas d’amour.”

Enrich Fromm

Cela signifie qu’au moment où l’on frappe un enfant, par exemple, nous ne l’aimons pas. Au moment où l’on blesse, humilie, trahit une personne, on ne l’aime pas…

Sans titre

Sans titre

Aimer est un verbe d’action : Aimer c’est prendre soin…

Sans titre

L’amour vrai est fait d’empathie et de partage, d’attention et de respect, d’intimité et de tendresse, de proximité affective et de gratitude.

artfichier_752626_3392287_20140203595061039cf33ae0eb5d4ca6a694a7a7a7638d7L’amour entraîne la responsabilité. Comme le renard l’explique au petit prince, apprivoiser, c’est créer des liens, et “tu deviens pour toujours responsable de ce que tu as apprivoisé”. Responsable? Aimer, c’est répondre de la relation. Plus concrètement, cela signifie être attentif aux besoins psychologiques de l’autre. Non pas de les prendre en charge, mais les respecter, les écouter et leur donner une réponse. Aimer c’est faire attention à notre façon de traiter l’autre.

La communication et l’écoute mutuelle sont des conditions nécessaires à l’éclosion et surtout à l’entretien d’un amour authentique. L’amour est indissociable du respect. Il n’est pas compatible avec l’humiliation. Le respect est un mouvement intérieur spontané qui signe l’amour. C’est la capacité à voir la personne telle qu’elle est, c’est d’être conscient de son unicité, c’est désirer la voir s’épanouir selon ses propres désirs et voies, et non selon nos projets. Sinon ce n’est plus de l’amour mais de l’exploitation.

Tant que nous avons besoin de l’autre pour combler nos manques, ce que nous appelons amour n’est qu’une illusion. Ça ressemble à de l’amour, cela a le goût de l’amour, mais ce n’est pas de l’amour. Aimer, c’est s’ouvrir à la réalité de l’autre, tel qu’il est, sans chercher à le rendre conforme à nos attentes, c’est l’encourager dans sa voie, même si elle n’est pas la nôtre, tout en respectant et exprimant nos besoins propres, bien entendu.

La gratitude est aussi une facette incontournable de l’amour vrai. Comme le respect, ce n’est pas non plus un devoir moral, mais un élan issu de l’intérieur. Quand on est heureux avec quelqu’un, on ressent de la gratitude à son égard. Non pas tant pour tel geste ou telle parole, mais tout simplement parce qu’il existe et nous offre de vivre tout ce bonheur.

 

 

Cet article est extrait du livre “L’intelligence du cœur” d’Isabelle Filliozat :

ob_968834d83c4abb84354560fad5dc3d26_51xep8cho5l-sy445

 

Sans titre

Sans titre

PARTAGER