Le problème de celui qui s’est senti rejeté

Le parent du même sexe a pour rôle de nous apprendre à aimer, à nous aimer, et à donner de l’amour. Tandis que le parent du sexe opposé nous apprend à nous laisser aimer et à recevoir de l’amour. La blessure de rejet a en général un problème avec le parent du même sexe que lui parce qu’il s’est senti rejeté. En effet, le fuyant veut à tout prix avoir l’amour de ce parent et pourra aller jusqu’à le haïr. Si celui-ci ne lui témoigne pas d’affection, c’est un grand amour déçu qui se transforme en haine.

Le masque qu’il se met…

Cette blessure arbore le masque du FUYANT, développé pour répondre à cette sensation de rejet. Il va se construire un monde imaginaire, aura tendance à être ailleurs, à rêver.

Paradoxalement, il cherche aussi à montrer qu’il existe, à sa manière : l’auteur parle du cas d’une petite fille qui, voulant s’assurer de l’amour de ses parents, s’était cachée dans une armoire, pour qu’ils s’inquiètent de sa disparition.

blessure rejet lise bourbeauSa relation avec ses parents

Avec le parent du sexe opposé, le fuyant a peur de se rejeter lui-même, il va donc faire des manières, ne pas être totalement lui-même, dans l’espoir de ne pas le décevoir. Et s’il est rejeté par ce parent ou une autre personne de l’autre sexe, il pensera qu’il y est forcément pour quelque chose.

En général, le parent du même sexe a lui aussi été blessé du rejet. Il va donc fuir également et tenter de faire partir son enfant du domicile, ce qui accentuera le sentiment de rejet de la personne fuyante.

Ses caractéristiques

  • Le fuyant préfère ne pas s’attacher aux choses matérielles, qui l’empêcheraient de fuir à son goût. Or, le sexe est vécu par le fuyant comme quelque chose de très matériel, peu spirituel. Les fuyants vont donc fuir le sexe, ou s’arranger inconsciemment pour être avec quelqu’un qui le fuit aussi.
  • Il se sent constamment inférieur aux autres, inutile. Le fuyant pense que les gens l’écoutent par politesse, qu’ils ne sont pas intéressés. « Une personne interprète les incidents à travers les filtres de sa blessure et elle se sent rejetée même lorsqu’elle ne l’est pas ».
  • Le fuyant aime la solitude « car s’il recevait beaucoup d’attentions, il aurait peur de ne pas savoir quoi faire. C’est comme si son existence était de trop ».
  • Celui qui souffre de la blessure du rejet entre souvent dans un cercle vicieux : « il met son masque de fuyant lorsqu’il se sent rejeté pour ne pas souffrir ; il devient tellement effacé que les autres ne le voient plus. Il se retrouve de plus en plus seul et se donne ainsi raison de se sentir rejeté ».
  • Le fuyant s’arrange pour que les circonstances lui donnent raison : il va tout faire pour être rejeté, sans le savoir, en se dévalorisant sans cesse, il ne comprend pas qu’on puisse l’aimer. Et quand quelqu’un s’attache à lui, il ne croit pas cette personne, il va donc se rejeter lui-même  pour « saborder la situation ».

blessure de rejetLa plus grande peur du fuyant

Le fuyant a peur de la panique. S’il sait qu’une situation le mettra dans l’embarras, il préférera ne pas se confronter à la situation, la fuir, se cacher. Il a tendance à se faire un monde du moindre problème et ne voudra pas l’affronter.

Attitudes et Comportements

  • Le fuyant croit profondément qu’il ne vaut rien ou pas grand-chose. Il est constamment insatisfait par ce qu’il est. Il se considère comme nul et se juge sans valeur.
  • Le fuyant est convaincu que s’il n’existait pas, cela ne ferait pas une grande différence. Il se trouve différent du reste de sa famille.
  • Le fuyant se sent coupé et incompris des autres et même des humains en général. Il se sent souvent seul, inquiet et fébrile dans un groupe.
  • Il a développé plusieurs moyens de fuite (astral, drogue, alcool, sommeil, départ, jeux virtuels, etc.)
  • Le fuyant se protège inconsciemment en utilisant le déni. Le fuyant se coupe facilement du monde extérieur en se réfugiant dans son monde imaginaire ou en étant dans la lune (monde astral). Il peut même se demander ce qu’il fait sur Terre ou croire qu’il s’est trompé de famille.
  • Il est envahi par ses émotions, surtout ses peurs, quand il est seul.
  • Le fuyant accorde peu d’importance aux choses matérielles: tout ce qui est relié à l’esprit ou au monde intellectuel l’attire davantage.
  • Il possède une imagination très fertile mais il l’utilise, hélas pour se créer facilement des scénarios de rejet.
  • Il croit, d’une façon consciente ou non, que le bonheur ne peut durer éternellement.
  • Le fuyant parle peu et se retire dans un groupe. Il a peur de déranger ou de ne pas être intéressant. On le considère comme solitaire et on le laisse seul. Plus il s’isole plus il semble devenir invisible.
  • En présence de quelqu’un qui hausse le ton ou devient agressif, il quitte rapidement la situation avant de paniquer.
  • Lorsqu’on le regarde, il s’inquiète tout de suite de ce qu’il est.

Aspect physique de la blessure de Rejet

blessure rejet

PARTAGER