Les blessures de rejet et d’injustice

La guérison des 5 blessuresNe soyez pas surpris si vous trouverez une guérison pour deux blessures dans un même chapitre. C’est à cause du lien qui existe entre elles. Toutes deux sont éveillées par le parents du même sexe que l’enfant, où une personne ayant joué le rôle de ce parent. Le rejet est éveillé dans la conception tandis que la blessure d’injustice l’est davantage à partir de l’âge de quatre ans.

L’enfant souffrant de rejet depuis la naissance croit que s’il ne fait aucun bruit, ne prend pas de place et reste toujours effacé, il sera plus aimé et ne sera pas rejet. Après quelques années, il se sent de plus en plus rejeté. Car ses proches oublient même qu’il existe. Il peut alors décider de se révolter. Ce qui entamerait le développement de la blessure d’injustice. Chaque blessure révèle une facette de ton ego. Celui-ci peut s’exprimer de deux façons: soit tu l’entends comme un discours intérieur, soit il s’exprime à travers tes paroles. Plus la blessure fait mal et plus nous risquons de perdre le contrôle.

La guérison de la blessure de rejet et d’injustice

Le moyen de guérir de sa blessure de rejet est la suivante. Aussitôt que tu entends cette petite voix de ton ego remplis de peur, de doute et de dévalorisation. Cette petite voix intérieur qui essaie de te faire croire que tu es nul. Activant ainsi ta blessure. Prends deux ou trois bonnes respirations, bois de l’eau si possible, et tu t’adresse à elle. Tu peux lui donner un nom. Mais tu peux aussi imaginer parler à ton enfant intérieur ou même te parler à toi-même.

Ce dialogue va te permettre de te recentrer sur toi-même en prenant du recule sur la situation. Tu deviendras observateur de l’activation de la blessure de rejet. C’est de cette façon que la douleur et la peur associées à la blessure s’estompent et disparaissent. Tu ne tomberas pas dans le piège du masque et de tous ces comportements de fuite. Il te seras  alors plus facile de prendre ta place à ce moment-là ou à la prochaine occasion.

Dialogue avec toi-même

etes-vous-plutot-qi-gong-ou-tai-chi.jpg“Je sais que tu veux m’aider et qu’il est vrai qu’il se peut que mon opinion ne soit pas acceptée. D’autre part, je sais que tu veux me protéger de souffrir en me dictant une telle conduite. Je veux par contre que tu saches que je veux vraiment être capable un jour de m’aimer assez pour arriver à prendre d’avantage ma place.

Néanmoins, je veux aussi vivre l’expérience de me sentir bien même si les autres ne sont pas d’accord ou que je bafouille ou que je me trompe. Je veux surtout que même si je ne sais pas quoi répondre, ça ne veut pas dire que je suis nul, seulement indécis pour le moment.

Ton intention est bonne en voulant m’aider de cette façon, mais en réalité ça ne m’aide plus. Je me sens plus fort maintenant et je sens que je suis capable d’assumer les conséquences de prendre ma place. Merci de vouloir m’aider mais tu peux vraiment te reposer et t’en tenir à m’observer quand je vais oser prendre ma place.”

Les Blessures d’abandon et de trahison

psychanalyse-a-lecoute-de-labandon1.jpgPareillement aux blessures décrites précédemment, les blessures d’abandon et de trahison sont intimement reliées. Toutes deux ont été activées en jeune âge par le parent du sexe opposé.

Au début de l’article, j’ai mentionné que la blessure de rejet est la plus souffrante et est plus dévastatrice des quatre autres blessures. La deuxième est la blessure d’abandon. Pourquoi? Parce qu’elle est vécue d’une façon passive, à l’intérieur de soi. Elle est surtout caractérisée par la grande tristesse vécue au plus profond de l’être.

La difficulté majeur pour ceux qui souffre d’abandon est que leur ego leur fait croire qu’ils ne reçoivent jamais assez d’attention. Peu importe les moyens utilisés pour en recevoir. Ils sont convaincus qu’ils pourraient et qu’ils devraient en recevoir davantage. Ils s’aiment tellement peu qu’ils ne cessent de rechercher des preuves d’amour de la part des autres.

Dialogue avec toi-même

psychologue-therapie-contre-stress-anxiete-angoisse-nervosite.jpg“Tu sais ça fait vingt-cinq ans que je t’entends répéter la même chose et j’ai été d’accord avec toi tout ce temps-là. Je sais que ton intention est bonne et que tu es convaincu que si je méprise mon père, cela me protégera de ne plus souffrir. Tu as raison il se peut que ma démarche de nous rapprocher ne se passe pas selon mes attentes.

Mais je sais que je ne peux plus continuer ainsi, car je souffre d’une autre façon. Je réalise maintenant que mon père et moi avons tous les deux la blessure de trahison et je veux vivre l’expérience de faire la paix avec lui. Je suis prête à assumer toutes les conséquences, donc tu n’as pas à t’inquiéter pour moi. Et je te demande seulement de m’observer et de me laisser vivre cette nouvelle expérience. C’est à mon tour, tu en as déjà assez fait pendant tout ce temps et je t’en remercie.”

Blessure d’humiliation

ozgxeqgn-aqg-myz61elnj60eLa blessure d’humiliation est la seule à ne pas être présente chez tout le monde. Les personnes souffrant d’humiliation se croyant observées par une puissance supérieure. Elles se sentent très souvent coupables, surtout au plan physique. Pourquoi? Parce que pour guérir cette blessure, elles doivent se donner le droit d’être humaines et d’utiliser et surtout jouir de leurs cinq sens.

C’est pour cela que derrière cette blessure se cache une personne très sensuelle qui veut profiter de ses sens en s’acceptant et en s’aimant. Comme son ego est convaincu que ce n’est pas bien, pas spirituel. Elle fait face à un grand dilemme. Comme la peur d’être libre est la plus grande peur du masochiste. Il met tout en oeuvre pour être occupé en aidant ses proches. D’une part, s’il ne le fait pas il ressentira de la culpabilité. Et d’autre part, il s’assure ainsi de manquer de liberté.

Dialogue avec toi-même

manger_devant_la_tele_est_mauvais_pour_la_sante.jpg“Je sais que tu veux m’aider en me disant qu’il est normal de ne pas être désirable en étant grosse. Pourtant, même si c’est vrai je veux maigrir, je veux avant tout vivre l’expérience de me trouver belle et expérimenter une vie sexuelle épanouie tout en ayant un surplus de poids. En ce qui concerne mon marie, il reflète uniquement ce que je pense de moi. Tu crois certainement que si je me permets d’être sensuelle, je pourrais en abuser.

Sache que pour le moment je me sens capable de vivre avec ce poids et je suis prête à en assumer les conséquence ainsi que celle d’être plus sensuelle. Je te prie de ne plus t’inquiéter à mon sujet et je te remercie d’avoir voulu m’aider toutes ces années passées. C’est à mon tour maintenant de me prendre en charge.”

PARTAGER