James Riedfield met en lumière dans son ouvrage « La prophétie des Andes » l’existence de plusieurs «mécanismes de domination» pour soutirer de l’énergie aux individus. Ces différents mécanismes permettent d’acquérir auprès de notre entourage de l’attention. Bien souvent, nous en utilisons un plus qu’un autre, c’est celui qui a été mis en place avec nos parents dans notre famille. James Riedfield parle de quatre manières de dominer l’autre, 2 actives et 2 passives :

Sans titre

Sans titre

L’intimidateur

Sans titre

Sans titre
2455jpg

Sans titre

Ils attirent notre attention en nous faisant peur. Ils maintiennent sous pression leur entourage par la crainte de remarques embarrassantes, de réactions coléreuses voire d’explosions de fureur. Ce sont des personnes un brin egocentriques. Elles envahissent l’espace afin que les regards soient tournés vers elles en parlant sans arrêt et/ou fort. Elles ont tendance à donner des ordres (autoritaire), à être sarcastique et selon les cas, violent. Si l’on tente d’utiliser ce mécanisme sur vous, restez calme. Ne répondez en aucun cas à l’autorité ou à la pression que l’on essaye de vous donner. Restez vous-même et soyez simplement choqué de cette attitude. Ce mécanisme s’adresse souvent aux plaintifs ou aux intimidateurs.

Sans titre

Sans titre

L’interrogateur

Sans titre
fille-raillee-par-copinesIci, les personnes ne feront pas régner la crainte ou la peur mais s’attacheront à relever tous vos points faibles. On cherchera à vous déstabiliser en vous critiquant et en soulignant bien vos erreurs. Une fois que ces personnes auront découvert vos points faibles, elles vont tout simplement chercher à vous rabaisser constamment. Dans ce cas de figure, plus vous essayerez de montrer qu’elles se trompent et de vous justifier et plus vous leur donnerez de l’énergie. Ce sont des personnes cyniques, sceptiques, sarcastiques, agaçantes, moralisatrices et manipulatrices. Elles attirent l’énergie en mettant en avant leur intelligence, leur esprit critique et leur sens de la répartie. Le mécanisme de défense est l’indifférence qui évite ainsi très bien leurs critiques. Vous pouvez répondre “C’est ce que tu penses” ou “C’est toi qui le dit”, essayez de prendre du recul même s’il la personne cherche à vous déstabiliser et surtout ne vous justifiez pas.

Sans titre

Sans titre

L’indifférent

Sans titre
shutterstock_131595557Ces personnes vont capter toute votre attention en vous rejetant. On a toutes connu un mec qui nous la jouait à l’envers avec cette technique! Ce système de domination va toucher vos retranchements de l’ordre de la peur d’abandon et du rejet. Ces personnes vont jouer sur le désintérêt, le manque de disponibilité, le refus de coopérer, le rejet, l’opposition et la dissimulation. Ce qu’il faut comprendre et accepter avec ce type de comportement, c’est que vous pourrez faire n’importe quoi, cela ne changera rien. Cette indifférence n’est pas en lien avec ce que vous êtes, ce que vous avez dit ou ce que vous avez fait. Ces individus intériorisent leurs peurs, leurs angoisses et leurs doutes. Face aux conflits, elles vont se détacher, voire fuir la situation. Le dialogue deviendra à ce moment impossible. Donc si une personne tente de vous déstabiliser de cette façon, la seule chose à faire est de TOTALEMENT lâcher prise et de ne pas « courir » après cette personne. Les indifférents engendrent bien souvent des interrogateurs.

Sans titre

Sans titre

Le Plaintif (La victime)

Sans titre
comment-se-construire-lorsqu-on-a-manque-d-amour_5135661Ce genre-là, je crois que tout le monde connait! On en a tous un dans notre entourage, une personne persécutée que personne n’aime, à qui il lui arrive toujours des problèmes et qu’on doit écouter se plaindre ou consoler pendant des heures. Ces personnes ont besoin de lire l’article « soyez proactif ». Leur estime d’eux-mêmes n’est basée que sur le jugement des autres. Ainsi, elles ne peuvent rien entreprendre par elles-mêmes et deviennent de véritables chiens de cirque que l’on ballotte dans tous les sens selon comme ça arrange. Dans cette situation, le mieux que vous puissiez faire c’est de consoler votre amie jusqu’au moment où cela commence à vous peser/ fatiguer. Ensuite mettez poliment fin à cette discussion.

Sans titre

Cet article est extrait du livre “La prophétie des Andes” de James Redfield :

Sans titre

51VIND5h2TL._SX307_BO1,204,203,200_

Sans titre

Sans titre

PARTAGER