Définition du Chi

ChiEn Médecine traditionnelle chinoise, la façon de concevoir la vie, la santé et la maladie, de poser les diagnostics et d’élaborer les traitements repose sur l’idée que tout ce qui nous entoure et nous constitue est le fruit d’une même composante : le Chi. Ainsi, toute matière proviendrait d’une condensation du Chi.

Une autre façon de traduire le terme Chi est Énergie vitale. En effet, le Chi s’inscrit plus dans le concepts grec et romain de l’élan vital, ou d’énergie vitale. Qui désigne une substance subtile, immesurable et sans limite qui compose le cosmos tout entier. En effet, il circule dans le monde qui nous entoure, dans notre corps et notre esprit. On l’appelle le Chi (prononcé « tchi) en Chine, ki au Japon et Prana en Inde. La notion de force subtiles invisibles circulant à travers tout le corps fut totalement éclipsée, dans l’hémisphère occidentale, à la fin de l’époque médiévale.

Qu’en pense le monde occidentale?

Acupuncture_points.jpgLa science occidentale ne possède pas encore les instruments capables de le mesurer.  Néanmoins, elles possèdent des instruments pour vérifier l’existence des points d’acuponcture des méridiens chinois. Ce sont les points de plus faible résistance électrique à la surface de la peau et les cellules situées juste en dessous. Ils ont une structure légèrement différente de leurs voisines. La plupart des acupoints sont située dans une petites dépressions de surface. Identifiable par palpation et sont souvent hypersensibles. Chose remarquable, ils se situent exactement aux endroits du corps dont les chinois avaient établi la carte il y a des milliers d’années. La théorie classique reconnait environ 365 points sur les méridiens, dont 309 sont bilatéraux. Ce qui donne un totale de 670 acupoints de méridien.

Le Chi circule à travers les méridiens dans notre corps

Comment on donc fait les ancien pour localiser ces 670 points d’acupuncture? L’explication est simple même si non scientifique. De nombreux moines et des médecins auraient passé de nombreuses années à méditer. Mais aussi à développer des niveaux extrêmement subtils de perception qui leur permirent de véritablement “voir” ou “sentir” ces acupoints et les mouvements de l’énergie dans le corps. C’était aussi évident pour eux que s’ils avaient regarder un motif imprimé sur un morceau de tissu. Puisque ces maîtres pouvaient voir les schémas énergétiques, ils pouvaient aussi sentir lesquels étaient harmonieux et équilibrés (signes de bien-être). Et d’autres part, ceux qui indiquaient un déséquilibre ou une maladie. De ce savoir est née la Loi des Cinq éléments, un des principes  de l’acupuncture.

PARTAGER