blankTout d’abord, qu’est-ce qu’un symbole ?

Définition de Wikipédia

“un symbole peut être un objet, une image, un mot écrit, un son voire un être vivant, ou une marque particulière qui représente quelque chose d’autre par association, ressemblance ou convention. Par exemple, il y a des symboles pour le code de la route.”

Définition de Omraam Mikhaël Aïvanhov

« Pour comprendre le monde des symboles, il faut comprendre ce qu’est une graine. Vous avez une graine, elle est minuscule, mais vous la mettez en terre et un jour elle devient un arbre formidable. Les sages du passé avaient constaté que partout, dans la nature comme dans l’âme humaine, se déroulent les mêmes processus de développement, et ils ont donc appris, eux aussi, à condenser tout un arbre dans une graine. Cette graine; c’est un symbole. L’Initié le plante dans sa tête, I’arrose souvent, et quand l’arbre apparaît, il travaille et se réjouit à l’ombre de cet arbre. Puis il ramasse les graines, et tout recommence… La vie travaille avec des symboles et se manifeste à travers eux. Pour pénétrer la vie, il faut travailler avec les symboles et, inversement, pour découvrir les symboles et comprendre tout ce qu’ils contiennent, il faut vivre la vie véritable. » dans son livre “Langage symbolique, Langage de la nature, et Le langage des figures géométriques.”

Il semble que tout le monde s’accorde à dire que le symbole est une représentation synthétique de la vie (ou d’un aspect de la vie / société). Omraam, comme d’autres, va plus loin en pensant que le symbole véhicule un message. Se connecter à lui, c’est aller à la rencontre de la spiritualité et de soi-même.

Pourquoi certains symboles sont sacrés et d’autres non ?

Voici 3 caractères qui définissent les symboles sacrés :
  • Ils sont basés sur les proportions divines : nombre d’or. Ils incarnent l’harmonie, l’équilibre et émettent une onde de forme.
  • Les symboles sacrés ont un ancrage historique. D’autres penseurs, un peu plus ancrés dans les sciences humaines, s’inspirent des travaux de Karl Gustav Jung et d’historiens de la géométrie sacrée. Pour eux, l’histoire du symbole est essentielle : d’où vient il ? Comment a-t-il été utilisé par les civilisations ? Etc. Ainsi, ils analysent comment le symbole est inscrit dans l’inconscient et les mémoires collectives.
  • Ils ont un intérêt spirituel car ils permettent d’effectuer un véritable travail de guérison et de reconnexion spirituelle.

Ainsi, un symbole sacré est plus puissant qu’un symbole “classique” en termes de vibration énergétique. Parce qu’il est harmonieux, régulier, cohérent et ancré dans l’histoire ; mais aussi de part sa construction basée sur la divine proportion du nombre d’or. L’utilisation des symboles ne sont donc pas les mêmes selon l’objectif fixé. Par exemple : La Marianne, le drapeau français sont des symboles identitaires et nationalistes. Le code de la route utilise des symboles de signalisation. Ils n’ont aucune dimension spirituelle.

blankL’Origine de la géométrie sacrée

Les mathématiques et les nombres possèdent une valeure universelle. C’est le langage de la nature et ils s’appliquent à toutes les sciences. En effet, les mathématiques permettent d’expliquer et de comprendre notre environnement que ce soit à l’échelle atomique, humaine et cosmique. Le monde qui nous entoure n’a pas seulement certaines propriétés mathématiques, il n’est fait que de ça !

La géométrie sacrée nous paraît aujourd’hui complexe. Cependant, il faut savoir qu’elle était pour nos ancêtres une forme de langage avec le divin tout à fait naturelle. Les premières civilisations, tel que les Chrétiens, les Grecs, les Hindous et les Egyptiens, ont reconnu l’existence de motifs géométriques qui se répètent dans la nature. Ils ont également établi qu’il avait une corrélation entre les divers éléments trouvés dans la Terre et l’Univers. Il était connu que certaines formes étaient plus appropriées que d’autres pour créer une connexion avec les énergies cosmiques.

blankDéfinition de la géométrie sacrée

La géométrie sacrée est l’étude des forme créées par la nature afin d’apporter la beauté, l’harmonie et l’équilibre à tout ce qui nous entoure. C’est la plus haute expression du juste et de l’esthétique. C’est une vision du monde par la reconnaissance des formes. Un système complexe de structures et de symboles spirituels ou religieux qui impliquent le temps, l’espace et la forme.

La géométrie sacrée est un langage universel qui décrit le fonctionnement intérieur de la nature et l’ordre intrinsèque de l’univers. C’est le lien naturel qui unit toutes les formes de vie : des microbes, plantes, animaux et humains en passant par les mouvements des planètes et des étoiles. Elle est omniprésente dans notre quotidien parce que les mathématiques modèle notre monde.

Les symboles sacrés aident les homme à dialoguer avec l’Univers en s’appuiant sur le nombre d’or (PHI). Ils inspirent de nombreux artistes peintres mais aussi musiciens. Par exemple au moyen âge, les pièces musicales composées en hommage à une cathédrale étaient écrites en transcrivant les proportions architecturales de celle-ci, à travers les intervals des notes, des accords et des harmonies des différentes voix de la composition musicale. Tout les lieux sacrés sur Terre tels que les pyramides, les motifs géométriques récurrents des cathédrales et les temples sont construits selon les fondements du nombre d’or (PHI).

En conclusion, le nombre d’or est sacré du fait qu’il se retrouve dans toutes les formes de la nature ainsi que dans toutes les échelles (micro et macroscopique). Par exemple : les fleurs, les animaux, coquillages, les cristaux de neige, un accord de musique. Mais également dans l’infiniment petit : comme la forme des virus, de l’ADN, la géométrie des molécules. Et enfin, dans l’infiniment grand de l’espace avec la forme des galaxies, les anneaux des planètes,… C’est beau la vie 😉