paix intérieureAvec le temps, nous découvrons que le meilleur état de la vie, ce n’est pas d’être amoureux-se, mais d’être tranquille, en paix avec soi-même et en sécurité. Il n’y a que lorsqu’une personne parvient à atteindre cet état de paix intérieur, où rien n’est de trop et rien ne manque, qu’elle se sent plus comblée que jamais. L’amour peut alors apparaître si elle le souhaite, mais ce n’est pas une obligation.

La paix intérieur ne se traduit pas par l’absence d’émotions. Elle n’implique pas non plus de renoncer à l’amour ou à cette passion qui nous rend plus digne, celle qui nous donne des ailes et des racines. La personne tranquille n’évite aucune de ces perspectives. Cependant, sait très bien où se trouvent les limites. Où se trouve cette modération qui, comme un phare dans la nuit, illumine notre paix intérieure.

Le meilleur état de l’être humain n’est donc pas d’aimer au point de s’annuler lui-même. Ce n’est pas de tout donner jusqu’à ce que nos droits vitaux partent en fumée à cause de cette peur panique de rester seul. Le meilleur état est d’être tranquille, avec une harmonie intérieure adaptée où il n’y a pas d’espace pour les vides, pour les attachements désespérés ou les idéalisations impossibles. Car l’amour, quoi qu’on nous en dise, ne justifie pas toujours tout. Et il n’implique surtout pas que l’on s’abandonne soi-même.

Que vous le croyez ou non, dans la vie, il arrive toujours un moment où cela arrive. Ce moment où nous nous disons à nous-même : “Je veux du calme”. “Je veux trouver mon équilibre intérieur pour être tranquille”. C’est une manière exceptionnelle de favoriser notre croissance personnelle. Et pour y arriver, rien de tel que de promouvoir ces changements.

Comment atteindre la paix intérieure ?

La première chose à faire, c’est apprendre à faire le tri dans ses relations. Entre les relations qui comptent vraiment pour nous et celles qui ne sont pas satisfaisantes. Personne ne peut atteindre cette tranquillité s’il entretient un lien nocif avec un proche, un ami ou un collègue de travail.

La seconde étape consiste à prendre une décision essentielle : cesser d’être victime. D’une certaine manière, nous le sommes tous victimes. De part nos insécurités, de nos obsessions ou de nos limites… Nous devons être capable de reprendre notre pouvoir personnel, notre part de responsabilité face aux défis exterieurs. Pour vous aider, vous pouvez lire l’article sur la proactivité. Il est absolument fondamental d’apprendre à vous connaitre. Déterminer ce qui est essentiel pour votre bien-être. De quoi avez-vous besoin ? Qu’est-ce qui vous rend heureux ? Quelle est votre journée idéale ? Quelles sont vos valeurs et besoins fondamentaux ?

blankLa troisième étape consiste à reprendre confiance en vous pour être capable d’ériger un cadre solide autour de vous en fonction de vos besoins fondamentaux. Parce que pour trouver votre paix intérieur, vous devez vous protéger et être capable de mettre des limites aux monde extérieur. Savoir dire NON, exiger que l’on vous respecte, mettre des distances aux personnes trop intrusives, ne plus tolérer les critiques et remarques irritantes… Beaucoup de personnes ne trouvent pas la paix parce qu’elles sont trop influencable. Par conséquent, elles renoncent à leur sécurité intérieur pour satisfaire les exigences “des autres”. Protéger votre espace personnel pour vous créer votre jardin de bien-être face à toutes les pressions sociales.

Une fois que vous avez réussi ces trois étapes, vous n’avez plus qu’à entretenir votre jardin. Invitez vos amis sincères et bienveillants, planter vos graines, cultiver ce qui vous rend heureux. Vous avez maintenant les bases pour maintenir un état de tranquilité dans lequel, enfin, on se sent bien comme on est et avec ce que l’on a et que l’on a réussi. Cette complaisance nourrie par les racines de l’amour propre vous apportera sans aucun doute un grand équilibre.

C’est une fois que l’on s’aime soi-même que l’amour vrai (et réciproque) peut surgir

Les personnes dont le cœur respire l’équilibre et dont l’esprit habite dans la tranquillité, ne voient pas l’amour comme un besoin ou comme un désir désespéré. L’amour n’est pas quelque chose qui arrive pour les sauver, car la personne tranquille n’a plus besoin d’être sauvée. L’amour est un trésor précieux que l’on trouve et que l’on décide, par liberté et par volonté, de choyer. Car c’est le sentiment le plus beau du monde.