blankPourquoi méditer ?

Notre âme (ou conscience) vit en interdépendance avec notre mental, nos émotions et notre corps. Néanmoins, nous avons parfois du mal à trouver un équilibre entre toutes ces parties de nous-même. Souvent en dualité avec notre ego, nous nous éloignons de notre nature profonde. L’anxiété, la peur de l’échec, de l’abandon, du rejet etc… sont souvent des peurs irréalistes qui proviennent de notre mental. Nous ne sommes pas nos pensées ! Ni nos doutes et ni nos peurs…

La méditation permet d’éviter de devenir esclave du flot des pensées négatives qui inondent notre esprit. En effet, nombre de nos pensées sont superflues, et parfois néfastes. Nous ruminons, en nous imaginant des scénarios catastrophes. Ces pensées nous empoisonnent l’esprit et créent du stress qui, à son tour, crée des angoisses avec son lot de problèmes.

La pratique de la méditation permet d’apprendre à maitriser nos pensées. Non pas à les combattre mais plutôt à ne pas être effrayé lorsque celle-ci sont contre-productive. Puisque nous pensons toutes la journées, nous ne pouvons pas les contrôler. Néanmoins, nous pouvons apprendre à lâcher-prise ou à nous raisonner avant de se laisser aller dans des peurs et des doutes illusoires. Il s’agit de les accepter avec bienveillance, sans se laisser captiver par elles. Pour ne plus tomber dans le piège de notre mental (ego) et saboter notre bonheur par des croyances limitantes.

C’est quoi la méditation pleine conscience ?

La méditation de Pleine Conscience peut être pratiquer n’importe où et n’importe quand. Vous pouvez autant la pratiquer assis en tailleur dans un endroit calme que dans le métro en allant au travail. La pleine conscience peut vous aider à gérer votre stress lors d’examen ou concours, ou plus généralement des périodes anxiogènes (crises d’angoisses). Cela peut aussi être efficace pour lâcher prise sur les pensées obsessionnelles lorsque l’on souhaite perdre du poids ou arrêter de fumer…

méditation pleine conscience

La méditation de pleine conscience consiste à être complètement présent à vous-même. Dans l’ici et le maintenant, 100% concentré sur le moment présent. En pleine conscience de votre corps et de vos sensations / émotions. La tête ment et le corps sait ! Le but est de ne plus se perdre dans notre mental : nos idées, notre imagination, nos peurs, nos suppositions etc… Et ne plus agir par mécanisme, habitudes ou sous l’impulsion de nos émtions. La méditation en pleine conscience s’est apprendre à rester connecter à soi-même. Conscient du moment, présent dans son corps plutôt que perdu dans ses pensées.

Par exemple, si vous pratiquez la méditation de pleine conscience lorsque vous préparez votre repas. Au lieu de lister tout ce que vous allez devoir faire dans votre journée ou de penser à votre soirée d’hier, concentrez-vous sur le moment présent : la préparation du repas. Quelle est votre météo intérieur ? De quoi vous avez besoin de manger pour vous sentir bien aujourd’hui ? Vous pouvez appréciez la texture des aliments sous vos doigts lorsque vous cuisinez. Ainsi que, le son des aliments qui mijottent dans la casserole. Et bien sûr, toutes les délicieuses odeurs qui émanent de votre cuisine.

Comment pratiquer la méditation de pleine conscience ?

1. Porter attention à sa respiration

Pour commencer, vous pouvez débuter par des exercices simple et basique de méditation. Comme focaliser toute votre attention sur votre respiration. D’une part, cela va vous permettre de vous relaxer. D’autre part, c’est un excellent exercice d’introspection pour ré-apprendre à vous écouter, vous aligner et à vous ressentir dans votre corps.

Installez-vous dans un endroit calme et reliez-vous à votre respiration. Vous vous concentrez uniquement sur votre respiration. Simplement prendre conscience de votre respiration, de son rythme, de son ampleur. Laissez de côté tout jugement et soyez simplement curieu(se) de ce qui se passe en vous avec les yeux d’un enfant qui découvre ou redécouvre.

Vous pouvez ressentir l’air frais que nous respirez et l’air chaud que vous expirez. Ensuite, vous pouvez peut-être sentir le trajet de l’air à travers votre gorge, vos poumons… Essayez de ressentir à quel endroit de votre corps vous ressentez plus distinctement et simplement votre souffle… Peut-être au niveau de votre poitrine et de votre cage thoracique, qui se déploie puis se rétracte ou au niveau de votre gorge, comme une douce caresse. Ou peut-être au niveau de votre abdomen qui se gonfle, puis se dégonfle…

Avant de terminer votre excercie, attardez-vous sur votre enveloppe. Le cocon que forme votre peau. Elle est partout et elle est en contact avec différentes matières, celle de vos vêtements, du sol/ de la chaise ou directement au contact de l’air de la pièce. Imaginez maintenant que toute votre enveloppe corporelle inspire et expire… ce que le corps fait d’ailleurs à travers la peau. Imaginez l’air entrer dans votre corps par tout votre épiderme et se diffuser dans l’épaisseur de vos tissus et de vos muscles. Puis imaginez l’air qui se retire pour être expiré par la peau. Focalisez-vous sur chaque centimètre de votre peau qui respire ainsi.

2. Observer ses pensées

Il s’agit de prendre une position d’observateur des pensées qui surgissent et disparaissent dans son esprit. La pleine conscience de ses pensées est différente de la façon normale de réagir ou d’être capté(e) par leur engrenage. Il s’agit simplement d’observer les pensées et les images qui passent. Lorsqu’il vous arrive d’être pris par les pensées elles-mêmes, il s’agit simplement de prendre note que nous avez pensé. Si vos pensées consistaient en un monologue négatif (catastrophisme ou blâme), il suffit de le constater.

En faisant cela, vous êtes à nouveau présent et pouvez faire le choix de vous retirer tranquillement de ces pensées et de continuer à observer. Cet exercice renforce l’expérience que les pensées sont simplement des formations mentales éphémères qui vont et viennent, auxquelles il n’est pas nécessaire de se joindre, et que l’on a la capacité de contrôler son esprit.

blank3. Observer ses émotions

Comme les pensées, les émotions surviennent et disparaissent. Alors que pour plusieurs, il peut être plus difficile d’observer les émotions que les pensées sans se laisser capter par elles, une stratégie facilitatrice peut être de les nommer, ce qui peut amener à étendre son vocabulaire et sa capacité à distinguer les différents types d’émotions. Mieux identifier les émotions est une capacité qui favorise une meilleure résolution de différentes situations.

4. Porter attention aux sensations du moment présent

Prendre une marche, prendre une douche, prendre une collation… sont autant d’occasions de pratique de la pleine conscience. Il s’agit de porter attention aux sensations et perceptions variées de l’expérience, de prendre conscience de l’esprit qui vagabonde puis de recentrer son attention sur les sensations et les perceptions du moment présent.