mésangeIl était une fois une mésange qui vivait dans une famille de mésanges .

La particularité de cette petite mésange , c’est qu’elle faisait tout à l’envers . Par exemple , au lieu de s’envoler pour sortir de son nid , elle plongeait tout au fond . Au lieu d’ouvrir son bec pour picorer , pour manger les moucherons , elle les laissait se poser sur son nez , je veux dire sur son bec… Bref , tout à l’envers .

A l’école des mésanges , elle écrivait même à l’envers . Ses parents tentaient de s’occuper beaucoup d’elle , beaucoup oui , et avec beaucoup d’amour mais… sans trop de résultats apparents . Tout le monde croyait que c’était parce qu’elle était gauchère .

Un jour , la maman de la petite mésange se rappela son enfance de mésange . Elle se rappela ce qu’avait dit sa maîtresse d’école :

– Ma pauvre fille , tu fais tout à l’envers .

Elle avait même dit ce jour là à la mère de la maman mésange :

– Votre fille , c’est un vrai bébé , elle n’arrivera jamais à rien…

Aussi était-elle devenue grande , grande ” comme une asperge ! ” disait-on autour d’elle .

La maman de la petite mésange décida de parler avec sa fille . Plutôt que de lui faire des remarques sur sa façon d’écrire , sur ses comportements , elle lui parla d’elle , de la blessure qu’elle avait gardée dans son corps . Ce jour là , elle comprit soudain combien sa petite mésange à elle avait été une enfant fidèle , d’un courage à toute épreuve pour tenter à sa façon de dire et même de montrer à sa mère tout ce qui était resté dans le silence , dans les non-dits .

Et moi aussi , je pense que cette petite mésange est formidable . En écrivant à l’envers , elle voulait révéler qu’elle connaissait beaucoup , beaucoup de choses à sa façon .

Je suis très admiratif des enfants-mésanges . J’en connais une autre qui n’hésite pas à ” montrer ” qu’elle comprend son papa et toute la souffrance qu’elle voit en lui . Vous savez qu’il y a des enfants-mésanges qui mouillent leur nid la nuit ? C’est comme si elles disaient:

– Mais oui , papa , tu as le droit  de pleurer aussi , tu as le droit de dire ta peine et ta tristesse à toi…

Les contes sur les petites mésanges peuvent se terminer de… beaucoup de façons !

Jacques Salomé