Le test musculaire

Les origines

Aux Etats-Unis, les premières observations en terme de réponses musculaires (muscle testing) remontent à Lovett en 1912, puis à Kendal en 1949. Ensuite dans les années 1960, le Docteur Georges Goodheart, chiropracteur, développe sur ces bases le test musculaire. Un nouveau concept appelé kinésiologie appliquée est né. Son collaborateur, le Docteur John Thie,  démocratise ce concept dans les années 1970 en créant le « Touch for health » ou « Santé par le Toucher », qui sera la base de tout l’édifice de la kinésiologie moderne.

Aujourd’hui, le test musculaire s’est vulgarisé à travers le monde. Il n’est pas le monopole des kinésiologues. Aussi, certains professionnels de santé l’utilisent dans l’exercice de leur activité : médecins, homéopathes, posturologues, podologues, orthophonistes, dentistes, chiropracteurs, ostéopathes, … Le test musculaire utilisé en kinésiologie répond à des lois et des principes bien définis. Il est donc important de bien en connaître le fonctionnement.

Outil de travail du kinésiologue

Sans test musculaire, le kinésiologue n’est pas un kinésiologue. Le principe de la kinésiologie est d’utiliser le test musculaire pour déceler les blocages émotionnels ou des comportements inadéquats mis en place dans le passé. Ainsi que d’en préciser la nature et l’origine. Ensuite, le test musculaire indiquera le moyen le plus approprié pour s’en libérer. Par exemple : digitopuncture, des techniques de visualisation, de rotations oculaires, des fleurs de Bach, EMDR, EFT, PNL, sophrologie… 

Le muscle le plus utilisé est situé au niveau de l’avant-bras. Il est positionné dans un angle de 30° avec la paume vers le bas et le coude confortablement posé sur la table de massage. Une légère pression est exercée sur le bras dans la direction du sol. Si le muscle est bien connecté au système énergétique, le bras garde sa position sans effort. S’il cède à la pression, il manifeste l’existence d’un blocage ou d’un stress qui affecte le système nerveux para-sympathique. Le test musculaire ne fait pas mal. La plupart des personnes ne sentent pas la réponse musculaire parce que le relâchement du muscle est très subtil.

Lors d’une séance, d’autres muscles peuvent être testés. Le kinésiologue utilise généralement le muscle dès avant-bras simplement parce qu’il est plus le confortable. Appeler dans me jargon, le muscle indicateur. Néanmoins, il est possible de tester d’autres muscles en relation avec les méridiens de la médecine chinoise pour évaluer le déséquilibre énergétique impliqué dans la problématique.

Les limites du test musculaire

Tout n’est pas testable ! Le cerveau ne faisant pas de distinction entre le réel, le symbolique, l’imaginaire ou le virtuel, les réponses musculaires doivent être reçues avec prudence.

En effet, le test musculaire repose sur les ressentis, les réactions de la personne face à une situation donnée et non sur la situation elle-même. C’est la façon dont la personne se voit et réagit face à une situation ou son environnement, que le kinésiologue teste et non l’environnement lui-même. Le kinésiologue travaille de façon objective sur de la subjectivité et non sur de l’objectivité. Le test musculaire est un détecteur de stress et non un détecteur de vérité.

De ce fait, cet outil est incompatible pour tester des situations non vérifiables, ou encore pour orienter des choix personnels ; ceux-ci n’incombant qu’à la personne elle-même, qui garde sa liberté de choix. C’est pour cela également que le kinésiologue ne peut pas s’aventurer à « interpréter ». Seule la personne qui est testée est en mesure de le faire  participant ainsi activement à sa démarche personnelle.

Utilisé dans le cadre d’une séance de kinésiologie, le test musculaire n’a pas pour fonction de faire un diagnostic de l’état santé de la personne, ni de tester des médicaments, de prédire l’avenir ou encore de révéler des informations qui seraient étrangères à la personne. Ne faisant pas de diagnostic ni d’interprétation, le kinésiologue n’est pas un thérapeute. C’est un facilitateur, un traducteur, un accompagnateur des réponses du corps et de la personne.

Up